Association Flainoise

2019-04-02 - Funiflaine Actualité de la Concertation

mardi 2 avril 2019 par Regis_Lardennois

 Mardi soir

Le document de synthèse officiel du Syndicat est ici :
http://aracheslafrasse.fr/pdf/synth...
Merci à notre adhérent qui nous a donné ce lien.

Nous contestons la justification du non changement de tracé.
La plupart des apports du projet cités pour le tracé du Syndicat étaient encore améliorés par les tracés alternatifs proposés. Avec une différence majeure pour les habitants des Carroz qui sont complètement laissés de coté.
Nous pensons aussi que cela a une influence sur le bilan d’exploitation du Funiflaine, et l’apport aux habitants et aux activités de Flaine.
Le Syndicat n’a pas voulu envisager de changement du tracé. Les demandes de changement de tracé ont été systématiquement balayées durant les réunions par des raisons fallacieuses (nous avons des enregistrements) que nous avons soulignées dans nos écrits, et auxquelles il n’était pas possible de répondre sur le moment. Il y a eu un début de dialogue à une occasion, sur l’occupation de la zone de Pierre Carrée par les projet et ses a-cotés, mais il a été interrompu par Mr Monteil. Si une comparaison avait été effectuée de façon équitable, et présentée en public, la vision aurait été très différente.
Exemple : on a entendu au moins 10 fois en public « le trajet par Les carroz est plus long et ce n’est pas possible » alors qu’il était légèrement plus court ! Il y en a bien d’autres. Nous allons réfléchir à faire un « best of » des déclarations du Syndicat pour défendre son tracé !
Sur les 5h30 de réunions, le public n’a eu qu’une part minime, 10 minutes environ pour les associations, il serait interessant de connaître le total. Lorsqu’on fait un référendum, il y a égalité de temps de parole durant les réunions électorales.
Nous avions compris au contraire que le but de la concertation était d’identifier de bonnes idées qui auraient échappé au Syndicat, et de minimiser les risques de rejet ou de modifications tardives du projet lors de l’enquête publique à venir.
Eh bien là c’est raté : les principales idées ou critiques qui modifiaient le projet du Syndicat ont été systématiquement rejetées, mais nous sommes convaincus qu’elles seront prises en compte par le futur Commissaire Enquêteur.

Un point positif dans la synthèse est de reconnaître que la zone de Pierre Carrée doit être protégée pour y maintenir les activités de loisir (on espère qu’il s’agit de la marche à pieds ou et raquettes et du ski de fond, qu’il ne faut pas remplacer par du ski alpin). Il manque encore la conclusion évidente : pour cela il ne faut rien construire, ni gare ni immeuble !

Enfin, le Syndicat parle de deux associations. Il y en a plusieurs autres qui ont pris des positions proches des nôtres sur plusieurs points. Citons France Nature Environnement, INSPIRE, une association de chasseurs...Leur voix n’a pas été entendue, mais elles joueront un rôle lors de l’enquête publique.
Trois d’entre elles sont dans les avis que nous avons reproduits avec l’accord de leurs auteurs http://associationflainoise.fr/Docu...
L’ensemble de nos documents diffusés durant la phase de concertation sur le projet Funiflaine est ici : http://associationflainoise.fr/Docu...

Si on inclut nos demandes préalables à la concertation, on trouve tous les documents ici : http://associationflainoise.fr/Docu...

 Mardi 2 avril 2019

Ce matin, article dans le Dauphiné (en ligne) reprenant les propos tenus lors de la conférence de presse.
Le tracé est figé, le Syndicat ne tient aucun compte des critiques formulées sur le choix du tracé par deux associations dont la nôtre.
Il y aura peut-être des prises en compte à la marge de critiques ou suggestions émises par les participants à la concertation.
Droit dans ses bottes, le Syndicat avance. Il prévoit le planning suivant :

  • novembre 2019, appel à candidature pour la délégation de Service Public
  • 1er trimestre 2020, choix du délégataire,
  • début 2021, enquête publique sur le projet, sur la base d’un dossier établi par le délégataire.
  • fin 2021 ou 2022, début des travaux
  • décembre 2023 mise en service.

Notre position sur les décisions du Conseil Départemental et du Syndicat Funiflaine

  • nous pensons avoir mis en évidence des lacunes importantes et fait des propositions d’améliorations, qui n’ont même pas été regardées, contrairement à ce que nous avait déclaré Christian Monteil, qui nous avait assurés que nous propositions seraient analysées par le Bureau d’Etude du Syndicat. Nous n’avons pas eu un seul retour sur ce plan.
  • nous pensons toujours qu’en l’état, l le projet du Syndicat est mauvais, et nous devenons donc par la force des choses des opposants au projet. En tout cas, nous mettrons en avant les critiques exprimées lors de l’Enquête Publique.
  • nous pensons que ce projet a un impact globalement négatif pour la station de Flaine et le Grand Massif, et que ses lacunes rendent hypothétiques les suites de l’enquête publique qui sera elle réalisée par un commissaire enquêteur indépendant du projet.

Les Chiffres de la concertation.
Les chiffres présentés sur la phase de concertation sont les suivants :

  • 730 personnes au total ont assisté aux réunions de concertation, plus 200 lors de la réunion de pré-concertation,
  • 55 ont pris la parole
  • il y a eu 235 avis exprimés. 66% se sont déclarés favorables au projet, 34% (79) contre. et 64 n’étaient ni pour ni contre.

Les avis « ni pour ni contre » ne sont pas comptés dans les pourcentages de pour et de contre.
Nous ne savons pas dans quelle catégories ont été placés les avis demandant des modifications. Nous avons toujours dit que nous étions favorables aux objectifs du projet, en demandant des modifications,
Le taux de personnes favorables au projet montre une acceptabilité très faible pour un projet :

  • « nous vous donnons 55 M€, êtes-vous d’accord ? »

Il faut véritablement une appréciation peu positive du projet pour que 1/3 des participants disent « non je ne veux pas de votre subvention ». Nous voyons dans la plupart des avis favorables un effet d’aubaine sur la subvention proposée, alors que le dossier du projet donnait peu d’informations sur le projet.

Les chiffres ci-dessus donnent l’impression que le résultat de la concertation a été quelque peu enjolivé !
Nus espérons que les avis reçus seront publiés, comme cela a été fait pour la concertation sur le projet LOLA (Liaison Ouest Lac d’Annecy). Ainsi nous saurons ce que recouvrent précisément les chiffres publiés, mais en tout état de cause, le taux d’avis favorables doit être évalué par rapport à l’ensemble des avis. Les ni pour ni contre avaient certainement quelque chose à dire !
On sera alors au mieux à 52 ou 53% d’avis favorables.
Pour nous, les avis « favorables avec modification du tracé » doivent être comptabilisés à part.

 Lundi 1er avril 2019

Journée Funiflaine à Pierre Carrée.
Ce matin, réunion du Conseil Départemental au 27ème BCA, après un petit déjeuner sur le Forum.
Cet après-midi, 14h, conférence de presse sur la concertation du Funiflaine, probablement avec des informations sur la participation, le nombre d’avis, et planning pour la suite. Nous n’attendons pas d’information sur l’évolution du projet, mais sait-on jamais.
Nous le saurons bientôt.

Enfin la conférence de presse est suivie par une visite du site de Pierre Carrée en chenillette, sans doute pour les journalistes, et peut-être le Préfet. Cela montre que le Syndicat Funiflaine n’a pas abandonné le tracé qu’il a présenté.

 Vendredi 29 mars 2019

Toujours pas de nouvelles de la concertation.
Sur le site Internet funiflaine.fr, il était indiqué qu’il y aurait une conférence de presse le 19 mars, sans nouvelle pour l’instant.

Si on fait le parallèle avec le projet LOLA (Liaison Ouest Lac d’Annecy), il y a eu une conférence de presse très positive il y a 2 semaines, mettant l’accent sur le nombre de participants aux réunions, et le nombre d’avis transmis.
Le budget de ce projet à 350 M€ avait conduit le Département à faire encadrer la concertation par une « garante ». Elle a remis il y a quelques jours son rapport de synthèse montrant beaucoup de critiques sur le projet.
Il est possible que ce projet plus important ait eu la priorité sur le Funiflaine, ou que ses péripéties aient amené le Département à réfléchir à deux fois avant de s’exprimer.
Ce document est disponible ici : https://liaisonsouest-lacannecy.fr/...
Il détaille la concertation réalisée autour du projet et donne l’avis de la garante sur le sujet. En conclusion, cette dernière note : « concertation très vivante », « dispositif qui a su évoluer pour s’adapter aux demandes du public » mais aussi « des aspects perfectibles ». « le dispositif a permis d’éclairer les maîtres d’ouvrage sur l’acceptabilité du projet, qui est incontestablement faible ».

L’hebdomadaire « Le Faucigny » de jeudi 28 mars résume très bien cette synthèse.

On trouve quelques similitudes avec le Funiflaine.

 Vendredi 8 mars 2019

Fin de la phase de concertation, vous pouvez trouver les documents ci-après :
Notre avis : http://associationflainoise.fr/Docu....
Le tracé Magland-Molliets-Flaine qui a été étudié en février, et que nous avons mentionné dans des documents récents
http://associationflainoise.fr/Docu....

Durant le week-end, nous allons faire du rangement dans nos documents et donnerons un accès simple aux différents documents que nous avons adressés au Syndicat Funiflaine.

Suite inconnue. Probablement une conférence de presse de Christian Monteil après le 15 mars, et peut-être une restitution de la phase de concertation en avril.

Nous vous tiendrons informés de nouvelles éventuelles.

Jeudi 7 mars 2019

Jour J-1 de la fin de la concertation qui se termine vendredi 8 mars.

Nous voulons rappeler de façon synthétique notre vision du projet Funiflaine actuel.

Eléments techniques
Pour nous, ce projet est de façon principale une remontée mécanique d’accès à un Domaine Skiable, et donc ni un Ascenseur Valléen, ni un Transport Public, ce qui pose un problème de contexte légal des subventions.

Nous ne sommes pas convaincus par l’offre de transport de piétons, soit en tant que mobilité touristique, soit en début ou fin de séjour avec bagages.
Sur le premier point, seule une desserte des Carroz apporterait la satisfaction de besoins de mobilité, au plan touristique et Domicile-Travail, pour les Flainois, les Carroziens, et améliorerait aussi l’impact du projet et le bilan d’exploitation.
Sur le 2ème point, seule une organisation de la gare de Flaine assurant une arrivée quasi-directe dans le centre de la station, serait gérable. Elle donnerait le choix entre un trajet à pied vers une part importante des commerces ou résidences, et l’utilisation de navettes pour les lieux les plus éloignés. Cette arrivée au centre de la station devrait pouvoir se faire avec un chariot à bagage (depuis la descente du train ou le parking auto), afin de limiter l’appel à un service de conciergerie et de limiter le nombre de navettes.

L’absence de gare intermédiaire au niveau des Carroz ou des Molliets rendra très difficile toute régulation du trafic de la route aux Carroz. On ne pourra pas dire aux conducteurs « allez prendre le Funiflaine à Magland ».

La gare de Pierre Carrée n’est pas justifiée si on respecte le principe ci-dessus. L’objectif du Funiflaine de faciliter l’échange des skieurs entre Flaine et le massif serait tout aussi bien réalisé avec une gare intermédiaire aux Molliets ou aux Carroz, et cela sans besoin d’une télécabine supplémentaire. Avec un supplément de longueur de 500m pour le Funiflaine, ce projet est globalement nettement moins cher que celui du Syndicat.

Les aménagements prévus, dans le cadre du Funiflaine et de projets communaux, vont conduire à la disparition d’un espace sport/nature à Pierre Carrée. On peut y pratiquer en hiver le ski de fond et la marche en raquettes sur des pistes sécurisées, le seul endroit autorisé à Flaine, et pratiquer le golf l’été.

Nous sommes atterrés par l’emprise du système de transport. Il est destiné en priorité à réduire le trafic automobile, ce qui doit libérer des places de parking, et les infrastructures devraient majoritairement s’en tenir à des parties de parkings désaffectées.
Or le passage du Funiflaine va se faire largement sur la zone sport/nature de Pierre Carrée, et donc entraîner une diminution de l’espace touristique de la station.
Cette diminution va conduire la station à être pratiquement à 100 % un Domaine de Ski Alpin, à rebours des attentes des clients, et interdira de leur proposer des activités alternatives lorsqu’on ne pourra pas les accueillir sur les pistes de ski, trop chargées.

Choix du type de remontées mécaniques
Le choix a été signifié dans le dossier, c’est très important à plusieurs titres :

  • le prix
  • la capacité de transport (personnes, fret), distance entre pylônes, limite en hauteur de survol.
  • l’impact sur le paysage.
    Le projet aurait peut-être été différent, mais comment.

Aspect exploitation. On comprend que tout ne soit pas connu sur ce point, mais on pourrait au moins avoir des objectifs. Or ceux ci sont méconnus, aussi bien en capacité de transport horaire ou annuelle, qu’en horaire et jours d’exploitation.
On sait évaluer approximativement le coût de l’exploitation, cela permettrait d’avoir une idée sur la faisabilité d’une exploitation équilibrée.
Il semble bien y avoir un consensus sur le fait que l’exploitation seule ne puisse pas être équilibrée, et qu’il faudra faire appel aux résidences et au Domaine Skiable. Cela se comprend très bien si c’est fait dans la clarté, afin de gérer dans la transparence les difficultés qui pourraient survenir.
Il y a un point d’interrogation important au niveau des parkings. Si le projet fonctionne de façon satisfaisante, le délégataire devra construire de nouveaux parkings, et en amortir le coût sur la billetterie. L’impact pourrait être significatif.

Nous sommes donc opposés au projet présenté durant cette phase de concertation, et demandons à nouveau une modification du tracé..

Vous pouvez suivre notre vision ou non, mais exprimez-vous.
Par email à funiflaine@hautesavoie.fr, et merci de nous envoyer une copie à funiflaine@associationflainoise.fr.

Un « avis » au sens administratif est un courrier (ou courriel) original (à l’exclusion de la copie d’un autre document) avec vos arguments ou vos demandes, de longueur comprise entre quelques lignes et quelques pages.

 Mardi 5 mars 2019

Lien vers la vidéo 8MontBlanc sur Facebook : https://www.facebook.com/tv8infos/v...
Lien vers la vidéo 8MontBlanc sur Youtube. https://m.youtube.com/watch?v=MRKUE...

Lien vers une présentation du Funiflaine par Christian Monteil, sur 8MontBlanc le 28 février
http://8montblanc.fr/replay/cela-se...
On remarquera que l’exactitude n’est la principale vertu des porteurs du projets. A propos de notre proposition alternative de tracé, qui était la plus courte de tous les tracés, même le tracé direct entre Magland et Flaine sans gare intermédiaire, Christian Monteil parle de détour !
Un autre tracé proposé avec une gare intermédiaire aux Molliets est plus long, serait plus cher de quelques pour cent, mais couvrirait une zone de population bien supérieure et éviterait un Télécabine supplémentaire pour obtenir le même résultat.

On devrait avoir un peu plus tard un lien vers le site internet de TV8 Mont Blanc.

Lundi 4 mars 2019

Nous nous sommes exprimés dans un spot d’actualité diffusé ce lundi sur TV8 Mont Blanc dans les informations de 18h30.
Ce sera disponible en replay, sans doute à partir de demain.
Ce devrait aussi être visible sur la page Facebook de la chaine, d’ici 24h.
Nous essaierons de publier des liens quand ce sera disponible..

 Samedi 2 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous avons maintenant dépassé 1000 visites sur cet article.

Nous avons envoyé hier (par email) à Mr le Préfet de Haute Savoie et aux responsables du Syndicat et de la Région.
Cela résume notre vision du projet, la concertation touche à sa fin et il n’est pas certain que nous ayons d’autres informations.
Vous pouvez trouver la lettre ici http://associationflainoise.fr/Docu...|
et un plan d’accompagnement ici http://associationflainoise.fr/Docu...|

Nous estimons que la poursuite du projet sur les mêmes bases qu’aujourd’hui est très incertaine pour la suite, en raison des risques d’avalanche sur la montée à l’Arbaron. Nous considérons toujours que ce projet ne répond absolument pas à ses objectifs d’Ascenseur Valléen.
Il y a normalement des ateliers mardi 5 et mercredi 6 sur des éléments d’accompagnement du projet (accès aux gares, services), nous n’avons pas encore reçu notre invitation (ce ne sont pas des réunions publiques, c’est sur inscription comme cela a été indiqué lors des réunions de concertation).
SI nous avons de nouvelles informations, nous les mettrons à votre disposition, mais il restera peu de temps avant la clôture de la concertation.
Nous vous suggérons donc de vous exprimer dès maintenant sur le site internet : funiflaine@hautesavoie.fr et en nous mettant en copie à funiflaine@associationflainoise.fr.

 Dimanche 24 février 2019

Compte-rendu de la réunion de concertation à Flaine du 18 février 2019

Représentants le Syndicat Funiflaine : Christian Monteil, Fernande Auvernay, Marc Iochum, ainsi que MM Martial Saddier (Député) et Bruno Charlot (Sous-Préfet de Bonneville représentant Mr le Préfet.).
Absents : Xavier Roseren (Député) et Gilbert Catala (Président de la 2CCAM). Ce dernier a demandé à Monteil de lire une déclaration.

Même présentation du Syndicat, l’aspect clientéliste nous gène toujours :
« nous vous donnons plus que les autres, donc vous ne devez pas poser trop de questions sur le projet et le saisir tout de suite ».
La Région se targue qu’elle donne seulement 10 M€ à chacun des 5 projets de Savoie/Isère, et 20 M€ au seul projet de Haute Savoie (Funiflaine).
On peut comprendre aussi que la Région donne 50 M€ aux stations de Savoie/Isère et 20 M€ à une station de Haute Savoie ! C’est probablement ce que dit Gilles Chabert aux stations à ces Savoie en présentant leurs dossiers.
Je n’ai entendu dire par personne que c’était notre argent, à nous contribuables !
Ce n’est pas la bonne approche pour défendre un projet, il faut d’abord expliquer et détailler les retombées que chacun va en retirer, mais au lieu de cela, on nous présente un conte de fées auquel nous ne croyons pas. Il y a encore bien des questions.

Nous allons donner quelques informations sur les sujets qui nous concernent directement.

Avant d’arriver aux échanges, analysons les aspects administratifs du projet, et résumons nos demandes.
Nous ne sommes pas passionnés par les aspects administratifs, mais il faut aussi les regarder pour défendre son point de vue, même s’il s’agit de bon sens.

Il nous a été dit et répété que le Funiflaine est à la fois :

  • un Ascenseur Valléen, afin de pouvoir faire partie du Contrat de Plan Etat Région (CPER).
  • un Transport Public, ce qui donne la possibilité de verser des subventions.
La fiche n°8 « Montagne et Urbanisme » du Ministère de la Cohésion des Territoires (octobre 2018) donne une définition de l’Ascenseur Valléen « Remontées mécaniques n’ayant pas pour objet principal de desservir un domaine skiable ». Elle renvoie aussi à l’Article R-122-8 du Code de l’Urbanisme.
Ce dernier article a été modifié en 2017, et avons trouvé cette dernière version dans le Décret n° 2017-1039 du 10 mai 2017 relatif à la procédure de création ou d’extension des unités touristiques nouvelles
« Paragraphe 2 : Unités touristiques nouvelles structurantes et unités touristiques nouvelles locales 
 
 
« Art. R. 122-8.-Constituent des unités touristiques nouvelles structurantes pour l’application du 1° de l’article L. 122-17 les opérations suivantes :
 
« 1° La création, l’extension ou le remplacement de remontées mécaniques, lorsque ces travaux ont pour effet :
« a) La création d’un nouveau domaine skiable alpin ;
« b) L’augmentation de la superficie totale d’un domaine skiable alpin existant, dès lors que cette augmentation est supérieure ou égale à 100 hectares ;
« 2° Les liaisons entre domaines skiables alpins existants ;
« 3° Les opérations de construction ou d’extension d’hébergements et d’équipements touristiques d’une surface de plancher totale supérieure à 12 000 mètres carrés, à l’exclusion des logements à destination des personnels saisonniers ou permanents des équipements et hébergements touristiques ;
« 4° L’aménagement, la création et l’extension de terrains de golf d’une superficie supérieure à 15 hectares ;
« 5° L’aménagement de terrains de camping d’une superficie supérieure à 5 hectares ;
« 6° L’aménagement de terrains pour la pratique de sports ou de loisirs motorisés d’une superficie supérieure à 4 hectares :
« 7° Les travaux d’aménagement de pistes pour la pratique des sports d’hiver alpins, situés en site vierge au sens du tableau annexé à l’article R. 122-2 du code de l’environnement d’une superficie supérieure à 4 hectares ;
« 8° La création d’une remontée mécanique n’ayant pas pour objet principal de desservir un domaine skiable, pouvant transporter plus de dix mille voyageurs par jour sur un dénivelé supérieur à 300 mètres.

Cette définition est une obligation pour le projet une fois que le Syndicat a décidé de se placer dans ce cadre administratif.


La définition des UTN a été modifiée dans la Loi Montagne promulguée le 28 décembre 2016..
Il y avait auparavant des UTN Départementales et de Massif.
Il y a maintenant des UTN Locales (ancienne UTN Départementales) et Structurantes (anciennes UTN de Massif).

Transport Public
Nous n’avons pas trouvé pour l’instant le contexte légal : qui décide de l’attribution du label, quelles sont les obligations légales en matière de service (horaire, qualité de service, jours d’ouverture).
En revanche, le projet répond peut-être aux articles 1b et 2 de la liste ci-dessus :
1b-Extension d’un Domaine Skiable de plus de 100 ha
2-Relier deux Domaines Skiables.
Ces deux caractéristiques non annoncées dans le projet, ne vont pas dans le sens des Ascenseurs Valléens.
Rappel de nos demandes.

D’abord, nous réaffirmons que nous soutenons le projet au niveau de ses objectifs. En revanche, nous demandons des modifications pour que le projet réponde bien à ses objectifs.

Nous avons 2 demandes :

  • que les déplacements de non-skieurs soient réellement prises en compte, après-tout elles doivent représenter l’objet principal du Funiflaine. Elles sont aussi génératrices d’activités économiques, et de satisfaction des clients.
  • que les activités sportives de Pierre Carrée soient préservées. C’est le seul endroit de la station où le ski de fond et la marche à pied ou en raquettes sont autorisées, dans un environnement naturel sécurisé. Sur le Domaine Skiable, seule pa pratique du ski alpin est autorisé.



Les descriptions qui nous ont été faites sur le projet montrent un projet Funiflaine totalement orienté Desserte d’un Domaine Skiable, avec éventuellement un volet « fret » dont rien n’a été dit (la seule trace éventuelle est le coût des gares élevé qui pourrait se justifier par un quai séparé pour le fret.

Le Syndicat Funiflaine justifie la gare de Pierre Carrée par le retour à ski au Hameau, le retour au Massif des skieurs, la desserte de quelques dizaines de Chasseurs Alpins. Une gare d’Ascenseur Valléen n’est pas justifiée par de seules raisons liées au Domaine Skiable.
La gare de Flaine est une gare pour skieurs, proche des 3 principales remontées mécaniques au départ de la station. La seule desserte possible pour les non skieurs (gare P1 éloignée du centre de Flaine) est un ensemble de navettes.
Le coût de navettes partant du P1 (en particulier le samedi) pour qu’il soit performant est totalement prohibitif, d’où la nécessité absolue d’une liaison mécanique avec le Forum à proximité, qui conduira une partie des passagers à aller à pied à leur destination.
Le temps d’attente des navettes est aussi contreproductif pour l’attractivité du Funiflaine.

Un HUB de Domaine Skiable au niveau de Pierre Carrée est présenté en complément, avec un Télécabine additionnel, donc une extension du Domaine Skiable (de Flaine ou des Carroz) avec de nouvelles pistes de ski qui prend beaucoup de place, qui détruit le seul lieu sauvage de Flaine dont l’espace est limité et qui comme partout ailleurs sera interdit aux piétons, aux raquettes et au ski de fond par manque de place
Enfin, nous sommes totalement convaincus que le véritable l’objectif est la construction immobilière ( type club de vacances qui veut se faire payer une remontée super luxueuse aux frais du contribuable) dont il y a tant de traces. Les membres du Syndicat nient l’évidence.

Le trouble actuel est même ressenti par le Président du Syndicat Funiflaine. Il a dit « nous avons besoin d’être aimés, soutenez-nous ! »

Notre vision est que chacun doit rester à sa place avec ses règles propres :

  • le Syndicat Funiflaine apporte la mobilité entre vallée et montagne,
  • la Commune gère les aménagements,
  • les Délégataires de Domaines Skiables gèrent leurs contrats,



Or le Syndicat Funiflaine présente un projet mélangeant tout cela, et on ne s’y retrouve plus :

  • projet orienté Remontée Mécanique de Domaine Skiable en hiver, son impact est probablement très limité en été.
  • en complément un projet communal de TC et de Domaine Skiable pour montrer que les Carroziens bénéficieront du Funiflaine comme remontée mécanique, avec une extension de Domaine Skiable, sans détails.
    La zone de Pierre Carrée ne fait pas partie d’un Domaine skiable. La commune veut la transformer en Domaine Skiable au détriment d’activités sécurisées indispensables aux clients de la station.
  • pour la mobilité, gare de départ peu multimodale, arrivée à Flaine sur un Domaine Skiable, gare intermédiaire dédiée au ski alpin, avec suppression probable d’activités sportives existantes.
    Sur quoi nous demande-t-on de donner notre avis ?
    Il faut revenir aux sources, à la définition ci-dessus
    .

Venons-en à la réunion.

L’Association a pu présenter sa vision, avec les 3 diapos que nous avons envoyées vendredi 15/2. Elles n’ont pas été accueillies à bras ouverts, ce n’est pas une surprise.

Mr le Sous-Préfet qui représentait Mr le Préfet s’est lancé dans une explication administrative détaillée qui acceptait nos arguments juridiques sur la possibilité de construire en Zone Rouge, à savoir la possibilité de dérogation, sous réserve d’un contrôle du dossier par les Services Techniques, et qu’il ne soit pas possible d’implémenter le projet dans un lieu moins soumis à des risques naturels.
En revanche, il a mis au même niveau notre tracé, qui répond aux critères d’Ascenseur Valléen (il n’est pas « tout skieur ») et de Transports Publics (le tracé permet d’autres utilisations moins marginales que le tracé actuel), et le projet du Syndicat qui ne propose qu’une longue remontée pour skieurs. C’est renversant.

Marc Iochum maire d’Arâches, m’a attaqué de façon directe à propos de mes recours supposés contre ses projets immobiliers, il doit avoir un problème de mémoire car nous n’en avons jamais fait. Il a aussi considéré comme positif le fait que nous intéressions à la station des Carroz.
Puis il a critiqué notre projet, voici quelques uns de ses arguments contre la gare des Carroz :

Critique - il y a un problème de maîtrise du foncier
R-Il se trouve que les terrains sont totalement communaux et ne nécessitent qu’une délibération. La mairie d’Arâches est très occupée, depuis le 30 janvier 2018, date à laquelle le nouveau projet Funiflaine a été défini, elle n’a pas encore trouvé le temps d’avaliser cette nouvelle version.
Critique – Dans le cas de la gare aux Carroz, la géographie de la zone proposée impose une gare très haute pour passer au-dessus de la route départementale.
R-si on regarde les différents tracés, que nous avons diffusés sur ce lieu, la moitié était du coté amont de la route. Dans les faits cela ne change pas grand chose, les terrains sont toujours propriété de la commune, à faible pente après le passage du talus de la route. Cela ne pose pas de problème.
Dans le dernier tracé nous avons placé la gare en aval de la route, la zone est peu boisée et cela évite d’abattre trop d’arbres. Il faut voir l’impact sur la gare.
Critique - il faut construire un grand parking
R-Notre position sur ce plan est qu’il faut imposer l’utilisation des navettes et limiter au maximum les parkings. Il faut des places de parking pour les employés de Flaine (avec abonnement) qui ne peuvent pas prendre de navette, et avoir un parking de secours pour les personnes qui ne seront pas autorisées à continuer sur la route, avec un prix de parking dissuasif.
Autres points
Nous avons entendu aux Carroz un des financeurs dire que la gare des Carroz attirerait toutes les voitures, cela signifie qu’il a une piètre idée de l’attractivité de la gare de Magland et devrait d’urgence modifier le projet !.
Marc Iochum a indiqué que le coût d’une gare intermédiaire était de 10 M€, alors que le dernier prix annoncé était de 5 M€. Nous avions déjà eu cette information et l’avions publiée, c’est le prix d’une double gare avec quai séparé pour les marchandises, et il n’est pas question de mettre deux gares intermédiaires aux Carroz et à Pierre Carrée.
Cela fait quand même cher pour desservir quelques centaines de personnes à Pierre Carrée ! C’est le prix du TS Tête des Saix ou du TC Aup de Véran et cela détruit le site magnifique de Pierre Carrée qui ne sera pas remplacé.
Question sur le risque d’avalanche sur les pylônes de la montée sur l’Arbaron.
Réponse de Martial Saddier : il y a des pylônes depuis la construction de Flaine, et ils sont toujours là depuis 50 ans. Donc le risque est très faible.
Nous recommandons à Mr Saddier de lire le rapport du PPRNa d’Arâches, il verrait qu’il y a eu des avalanches répertoriées à 4 reprises, destructrices à chaque fois (environ 10 chalets endommagés ou détruits, 1 mort). La protection d’un pylône a entrainé la destruction de 2 chalets. Cette zone non constructible n’est pas analysée dans le règlement PPRNa d’Araches, mais sera certainement classée Zone Rouge.
Mr le Sous-Préfet a refusé l’implémentation d’une gare sur le P3 en un lieu déclaré « zone rouge » ou il n’y a jamais eu d’avalanche répertoriée depuis probablement plus de 100 ans. Les principes de Mr Saddier sur les risques d’avalanche sont à géométrie variable.

Mr Saddier a aussi assuré qu’il veillait à borner le nombre de pylônes dans la combe de Flaine, et qu’il n’y aurait pas de pylône entre la gare de Pierre Carrée et le parking P1. Nous avons tracé le profil correspondant, avec au départ de Pierre Carrée un pylône de 70m de hauteur. Le terrain présente une « bosse » en aval des terrasses d’Hélios, et la câble est à environ 5m du sol à cet endroit. Comme quoi il ne faut pas faire de promesses inconsidérées, le profil correspondant est ici :
http://associationflainoise.fr/Docu...
Intervention de Manu Socié, bien connu à Flaine, qui encense avec fougue le projet du Syndicat. Il adore le P1 comme lieu d’arrivée, en raison de la vue sur le Flaine et dit du mal du P3 comme lieu d’arrivée avec la vue sur le toit de la Grande Ourse (avec sa VMC) ou de la façade nord de l’immeuble Doris. Il ne doit pas aller tous les jours au P3 supérieur, on y voit surtout la très belle combe de Flaine. Le toit de la Grande Ourse est peu visible.
Manu Socié critique les pistes de ski de fond de Pierre Carrée qui nécessitent une forme physique et une technique olympiques. Nous lui signalons que le 13 janvier il y a eu eu une coupe régionale de ski de fond avec 350 participants de 20 clubs différents, et que le site est très régulièrement utilisé par des fondeurs qui ne sont pas des champions olympiques.
On peut être enthousiasmé par un projet sans s’interdire de le regarder de façon objective, ainsi que son contexte légal, et économique.

Manu Socié assure que ses activités bénéficieront du Funiflaine. Nous serons très heureux que le Funiflaine améliore l’activité économique à Flaine, mais comme Martial Saddier l’a dit, le Funiflaine n’est pas là pour un développement de la station mais pour réduire le trafic routier, et que tout le monde en tire parti.

Il a été demandé une égalité des temps de parole du Syndicat et des participants.
On en est loin, et certains de nos lecteurs nous ont transmis une copie de l’avis qu’ils ont envoyé au Syndicat, souvent très bien renseigné. La dissymétrie entre temps de parole est flagrante et ne montre absolument pas l’objectif affiché de prendre en compte les « bonnes idées ».

De nombreuses questions, peu de réponse. Les questions étaient en général groupées, ce qui permettait de ne pas répondre à toutes.
Dominique Buffet-Jackson, Carrozienne, a demandé à nouveau un tracé Magland-Molliets-Flaine, sans aucune réponse (elle l’avait déjà demandé aux Carroz).
Un spectateur a posé des questions sur le prix des billets, et a demandé que se construise un centre d’habitations et de commerces à proximité de la gare Funiflaine de Magland.

Un autre participant a demandé qu’il y ait des places pour les camping-cars près de la gare de Magland. Martial Saddier a accepté aussitôt.

Dans nos 3 diapos, 2 étaient consacrées à nos demandes, comme référence pour la suite.

Nos craintes sur la destruction de l’espace naturel de Pierre Carrée sont contestées. Christian Monteil demande à Pascal Tournier (GMDS) de répondre.
Pascal Tournier dit que la gare de 100m sur 25m (sans préciser la hauteur soit une magnifique verrue détruisant le caractère sauvage du lieu) sur les trous 11 et 12 du golf laissera beaucoup d’espace (!!).
Je reprends en parlant du futur Télécabine, des pistes de ski alpin sur les pistes de ski de fond, la construction d’immobilier… et Christian Monteil interrompt l’échange disant que cela n’intéresse personne.

Le meilleur moyen de désamorcer les craintes sur l’avenir de Pierre Carrée serait de montrer un plan avec les parcours nordiques et piétons actuels, et les équipements prévus.

Pascal Tournier est également intervenu sur le nombre de passages de skieurs le dimanche précédent : 100 000 à Flaine contre 125 000 sur le reste du Massif, et il conclut que contrairement à certains propos, Flaine ne capte pas la majorité des skieurs sur le Grand Massif.

Un participant a critiqué les faibles investissements de DSF (critique de l’âge du DMC) et demandé ce qui serait fait pour pouvoir accueillir plus de skieurs. Verte réponse de Pascal Tournier qui donne au nom de GMDS une longue liste des investissements effectués depuis une dizaine d’années.

Hors réunion
Echange interessant avec un participant qui a une activité de Commissaire Enquêteur sur des projets de montagne.
Il y a des points dont on aurait pu parler, par exemple l’incidence des purges d’avalanche sur la faune.
Nous avons dit que nous souhaitons préserver l’Arbaron des déclenchements d’avalanches en raison de leur impact sur des espèces rares : par exemple le Tétras-Lyre et la Marmotte.
Le Tétras-Lyre est un gibier, oui mais les chasseurs comptent le gibier chaque année et font en sorte qu’il en reste. Nous serions d’accord avec l’argument si le Domaine Skiable en faisait autant.
Il nous a été dit qu’il n’y a pas de marmotte dans les zones avalancheuses, et que les déclenchement d’avalanches ne les touchent pas.
Là où passent les ratracks, les marmottes (symbole de la haute Savoie) ont disparu, on ne les entend plus l’été, la montagne est maintenant silencieuse, c’est un désastre.
De plus, le ratrack durcit le sol, supprime probablement les terriers, transforme la terre en boue où l’eau de pluie ne fait que glisser. A Flaine il ne faut plus augmenter le domaine skiable en superficie mais il faut le sécuriser au niveau des flux des skieurs (trop d’accidents graves pour cause de collisions). Il faut mettre à disposition des activités hors ski alpin sécurisées comme les raquettes et le ski de fond à plus grande échelle.
Ce participant était en revanche tout à fait convaincu que le projet présenté était principalement une Remontée Mécanique d’un Domaine Skiable.

Observations d’actualité sur la fréquentation actuelle de la station de Flaine.
Nous observons une forte affluence sur les pistes. Cela pose un problème de dangerosité des pistes qui n’est pas traité. Il est d’autant plus important de laisser un espace à des activités hors ski alpin, interdites aujourd‘hui sur le Domaine Skiable surveillé. Les écoles de ski organisent des promenades en raquette, hors pistes, assez sportives, mais un espace sécurisé accessible à tous sans préavis est indispensable. Il existe, il faut le développer !

Nous savons que le Domaine Skiable de Flaine réfléchit à la meilleure façon d’accueillir plus de skieurs, sans réponse pour l’instant. On espère que ce ne seront pas des quotas.

Nous travaillons à la suite !

 Vendredi 22 février 2019

En fait, c’était sur FR3 Alpes, vous pouvez le revoir ici https://france3-regions.francetvinf...
Mes propos ont été très largement coupés et réduits à quelques secondes, mais c’est la contrainte du spot d’information !
Il est dommages que les propos sur le ski de fond, le bassin de population et l’accueil des piétons n’aient pas été retenus.

J’ignorais que les programmes de FR3 Rhône Alpes et FR3 Alpes étaient différents. Il est bizarre que la chaine diffusée par défaut dans la commune ne soit pas FR3 Alpes.

Pour l’instant, strictement aucun indice montrant que le Syndicat Funiflaine soit ouvert à un changement de tracé, et nous continuons notre lutte pour une réelle prise en compte des piétons, conforme au statut des Ascenseurs Valléens, et la conservation et le développement des activités sportives actuelles de Pierre Carrée..

 Jeudi 21 février 2019

Ce matin, interview de Marc Iochum par une journaliste de FR3 Rhône Alpes.
Elle lui a demandé les coordonnées d’un opposant au projet, et il lui a donné mon numéro de téléphone.
J’ai donc été interviewé aussi, et l’ensemble passera sur FR3 Rhône Alpes ce soir à 19h.
Je dois saluer le fair play de Marc Iochum et le remercie. Il n’en reste pas moins que nos visions sur le projet sont différentes, mais peut-être pas tant que cela, l’avenir le dira.

Nous sommes toujours en train de préparer un compte-rendu de la réunion de concertation de lundi dernier. Il y a du travail et on est en période de vacances, ce sera fait d’ici un jour ou deux.

 Lundi 18 février 2019

Texte de l’allocution de Mr Iochum le 11 février
je me sens dans l’obligation de répondre à l’intervention de M. Lardennois sur 2 points :le premier point, évidemment quand on reprend le Funiflaine et son histoire, on va dire tout de suite que ce qui concerne la commune de Magland, le point de la gare n’est pas celui qui été retenu, et pourquoi en sommes-nous arrivés là, tout simplement parce que en fait, au niveau des dispositions de l’Etat le plan d’exposition aux risques inondables et d’inondabilité sur Magland a été retenu et il a été dans l’obligation suivant une directive qui nous ont été données par l’Etat de déplacer le départ du Funiflaine pour le mettre en dehors de cette zone, c’est donc le Premier point.
Le deuxième point important, bien évidemment en ce qui concerne cette zone dont nous parlons, voilà, je vais vous demander de mettre un transparent, tout ce qui est en rouge, correspond au plan d’exposition des risques d’avalanches sur Flaine. Si aujourd’hui, nous étions appelés à construire la station de Flaine, la station de Flaine ne se construirait pas, c’est clair, c’est clair.
Je laisserai Mr. le Sous-Préfet mieux que quiconque pour l’évoquer.
Lorsque nous faisons la .révision du PLU, à peu près tous les 3 ans, quelles sont les remarques essentielles vers lesquelles nos collectivités, que ce soit le Maire de Magland, le Maire d’Arâches, c’est de vous rappeler de manière très ferme, très forte, que nous avons l’obligation de respecter les plans d’exposition aux risques d’avalanches et à l’inondabilité. Je vais prendre l’exemple de La Frasse, les zones inondables sont importantes, beaucoup de terrains ont été frappés d’interdiction de construire. C’est le premier point.

Le deuxième point, c’est que si en effet le parcours des Feux, les Feux nous l’avons étudié. Evidemment, nous n’avons pas Les Feux, Parce que Les feux ont un aspect fort négatif qui est celui de constater, compte tenu du plan d’avalanche qui est ici, entre autre, nous serions obligés de passer par le col de Pierre Carrée. Donc si je reprends les feux, nous passons par le col de Pierre Carrée. Si je reprends les feux, nous passons par le col de Pierre Carrée, cela veut dire que nous construisons une 4ème gare. Or ce n’est pas n’importe quoi, puisque je l’ai évoqué, c’est une 3S, donc par définition, nous augmentons de manière conséquente l’addition financière et nous dépassons largement le budget. Là aussi, en matière financière c’est irrecevable.

Ensuite, le plan suivant, cela n’est pas une nouveauté, car lors des voeux, dans cette même salle il y a quelques semaines, nous évoquions que l’opportunité de ce Funiflaine ouvre au contraire une très belle économie pour la station des Carroz et une très belle économie pour le Grand Massif.
Car en effet, aujourd’hui nous avons mis en place un projet très structurant des Carroz 1500 donc des Molliets.
On constate que ce qui a été proposé par l’équipe en place, c’est un succès phénoménal que de constater que le télésiège qui a été construit pour aller à la tête des Saix. Demain matin, lorsque le Funiflaine sera opérationnel, bien évidemment nous allons relier Carroz 1500 au Funiflaine. Cela veut dire que aux Carroz 1500 on viendra de tous les endroits du Grand Massif, cela veut dire que nous aurons la chance de demander au concessionnaire une politique tarifaire très intéressante, soit pour les piétons venant de Magland, soit venant de Flaine, soit du Grand Massif.
Et ensuite lorsque nous travaillons …….. avec Jean-Paul Constant et toute l’équipe qui vont réfléchir au développement du Grand Massif, bien évidemment qu’on a regardé Les Feux, bien évidemment qu’on ne trouve pas la réponse adaptée. Car des Feux jusqu’aux Molliets, nous avons trois minutes de voiture, nous avons déjà un parking très structurant sur les Molliets, nous avons un avenir qui est considérable sur les Molliets et les générations futures parleront des Carroz 1500 parce que c’est ça la clé de la réussite du Grand Massif à 1500 m d’altitude.
On imagine bien en hiver, comme en été, comme en intersaison cet appareil structurant qui fera en sorte qu’ils pourront en effet relier le Funiflaine. Les skieurs seront ravis, les piétons seront ravis et nous pourrons bien évidemment faire en sorte que la population Carrozienne qui souhaitera éventuellement utiliser cet appareil Funiflaine, prendra les Molliets avec les navettes structurantes qui seront mise en place et là, avec un véritable retour des investissements qui devraient être réalisés.

Nous ne sommes pas convaincus, voir nos publications.

 Lundi 18 février 2019

Vous pouvez trouver ici le document de synthèse de nos travaux en vue de la réunion de concertation de demain.
Nous avons été stupéfaits d’apprendre que le tracé actuel du Syndicat traversait une large zone d’avalanches sur le versant nord-ouest de l’ARbaron, avec une très grande probabilité d’avoir à y installer un pylône. Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.
http://associationflainoise.fr/Docu...

Par ailleurs, nous vous avons signalé qu’un article du Messager sur notre projet de tracé avec arrivée sur le P3 avait disparu de la version en ligne au bout de quelques heures jeudi matin.
Nous avons informé je rédacteur, le journal, mais sans réponse.
Cela ressemble à des pressions de quelqu’un qui ne veut pas qu’on parle de ce tracé.
Nous nous sommes procurés la version papier du journal, et avons scanné l’article.
Voici le résultat, pour ceux qui ne disposent que de la version numérique du journal.
http://associationflainoise.fr/Docu...
Notre réponse dans le document ci-dessus !

 Samedi 16 février 2019

La deuxième page de l’article du Messager sur la Concertation du Funiflaine est toujours hors ligne.
Il faut dire qu’elle parlait d’un projet malvenu, le tracé vie Les Carroz et le parking P3.
J’ai informé le rédacteur qui n’était pas au courant, et n’a toujours pas eu d’explication claire, j’ai aussi fait une réclamation sans réponse.

J’ai eu un accusé réception du Syndicat Funiflaine pour les 3 diapos qui devraient accompagner une présentation de ma part lundi. Lien vers le document plus bas.

 Vendredi 15 février 2019

Nous allons envoyer 3 nouvelles diapos au chef de projet Funiflaine Jérôme Dussert Directeur du Syndicat Funiflaine pour la réunion de lundi.
Il est ici
http://associationflainoise.fr/Docu...

L’argumentation sera reprise et développée dans un document plus complet d’ici lundi.

Prix des navettes à Flaine
SI vous avez suivi le dossier, vous avez certainement remarqué les nombreuses questions sur le coût d’exploitation. La réponse a toujours été : « faites-nous confiance, le délégataire de service public en fera son affaire et le contribuables ne paieront rien ».
Eh bien, on se pose des questions sur les navettes nécessaires pour desservir le Funiflaine, particulièrement à Flaine. Qui va payer ?
C’est très critique dans le projet actuel, avec la gare de Flaine sur le parking P1 très excentrée.
Nous ferons une analyse après les congés scolaires, nous ne serions pas étonnés que le coût des navettes durant la saison d’hiver augmente de 1M€ avec une dizaine de navettes supplémentaires (au moment ou on veut interdire les cars sur la route)..
Avec une arrivée sur le P3, le coût augmenterait aussi, mais moins en raison du caractère central de la gare, et des accès piétons directs vers le centre station et de nombreux immeubles.

Curiosité du jour, le Messager du Faucigny a publié un article sur la réunion de concertation de lundi 11 février.
On peut lire cet article dans la version papier, il reprend fidèlement ce qu’ont dit les principaux arguments des participants, et les questions des habitants.
Un petit hic, cet article est sur une double page, et seule la première page est visible sur la version en ligne du journal. La version qui manque à l’appel est justement celle qui parle de notre tracé.
L’auteur de l’article a été prévenu, j’ai joint une copie d’écran.
C’est la première fois que je vois cela depuis au moins 3 ans que je lis la version en ligne, sauf parfois durant quelques minutes lors d’incidents de réseau. Attendons la suite.
Cet article dérange certainement certains à 2 titres :

  • le Syndicat Funiflaine aimerait bien qu’on ne parle plus de notre proposition de tracé vers le P3
  • Mr le Sous-Préfet, en voulant tuer notre projet de tracé, a dit des incongruités, qui ne correspondent pas à la règlementation du PPRN (Plan de Prévention des Risques naturels). Nous soulignons cela dans notre document de ce matin.

 Mardi 12 février 2019

Hier soir, réunion de concertation n°2 aux Carroz.
Pas de scoop, sauf le premier point, mais quand même quelques remarques interessantes

  • le Sous-Préfet Bruno Charlot a dit qu’il n’y aurait jamais d’autorisation d’implantation de transport public dans une zone rouge, donc sur le parking P3.
    Il a donné comme explication la catastrophe de Montroc dont on vient de célébrer la mémoire 20 ans après, je pense que lorsque certains équipements ont une utilité publique, on pourrait se poser la question des risques réels.
    Si un accident se produit à Flaine, ce sera avec des immeubles bâtis sans protection, et non avec ceux qui ont été bâtis avec des dispositions pour résister aux avalanches, il y en a 2 à Flaine Forêt à ma connaissance.
    Mr le Sous-Préfet avait déclaré lors de la réunion à Magland qu’il ne faut pas surinterprèteront les règlements liés aux risques et à l’environnement, il semble l’avoir oublié.

Notez que la catastrophe de Montroc, par son ampleur dans une zone considérée comme sans risque a été à l’origine de l’actualisation des plans de Prévention des Risques Naturels dans la quasi totalité des communes de montagnes.
En 2 mots, sur un dénivelé de 900m, il y a d’abord une avalanche aérosol très rapide, qui a par son onde de choc déclenché une avalanche coulante géante, 300 000 m3, et la vitesse de l’avalanche était telle qu’elle est montée de 20m sur l’autre versant de la vallée pour aller enfouir un hameau de chalets des Poses sous6 à 8m de neige. 14 chalets ont été écrasés avec leurs occupants (12).
Sur le Grand Massif, les dénivelés sont quand même plus faibles.

En bref, nous sommes dans la même situation que les habitants de Magland dont la plus grande partie de la commune a été déclarée zone inondable alors que des investissements de protection ont été réalisés.

  • notre projet de gare aux Carroz, a été aussi caricaturé, disant que notre but était de venir y garer toutes les voitures (notre projet annoncé était plutôt d’y mettre un parking minimal dissuasif).

Beaucoup de critiques sur le projet, bien formulées

  • Maglanchards qui ne veulent pas que leur commune soit le parking de Flaine, ne veulent pas voir défiler des milliers de voitures, ne veulent pas loger les saisonniers de Flaine (cela a été mentionné par un membre du Syndicat, c’est une erreur car les saisonniers participent beaucoup à la vie des stations) alors qu’ils n’arrivent déjà pas à loger leurs habitants,
  • La pollution, c’est dans la vallée, on ne peut plus respirer, et vous investissez pour diminuer la pollution à Flaine. C’est dans la vallée qu’il faut investir. (réponse avec les sommes investies sur le CEVA 1ère phase, jusqu’à La Roche sur Foron, avec une 2ème phase en préparation).
  • Carroziens qui veulent une desserte des Carroz
  • Un saisonnier qui veut pouvoir bénéficier du Funiflaine pour aller travailler aux Carroz depuis la vallée
  • des curieux qui veulent savoir des choses indiscrètes sur le projet.

Marc Iochum a assuré que la zone de Pierre Carrée était actuellement inconstructible, en oubliant de dire :

  • qu’il a annoncé une UTN à venir
  • que c’était une justification du vote du budget par la 2CCAM
  • que le SIF a engagé une étude d’urbanisation,

Sur les doutes financiers à propos du Funiflaine, Marc Iochum a donné la parole à Pascal Tournier (Directeur ce Grand Massif Domaines Skiables) qui a présenté un bilan très rassurant sur l’exploitation des deux derniers télésièges : Tête des Saix et Coulouvrier.

En conclusion, le Président Monteil a assuré que nous avions été entendus, que les remarques seraient prises en compte dans le dossier qui serait soumis à enquête publique. Bien peu des présents en sont sortis convaincus.

 Lundi 11 février

Une réunion de concertation a lieu ce jour à 18h à la salle du Mont Favy aux Carroz.
Nous avons fait un point sur le projet qui se trouve ici :
http://associationflainoise.fr/Docu...

 Vendredi 8 février 2019

Il y a une citation de Montesquieu qui s’applique parfaitement au Funiflaine :
« Le mieux est le mortel ennemi du bien » .

  • On choisit ce qu’il y a de mieux et de plus cher,
  • On ne fait pas confiance à l’expertise de Service de Prévention des Risques pour sécuriser la gare d’arrivée à Flaine sur le parking P3, mais on fait confiance pour le parking P1,
  • On veut faire quelque chose de très intelligent (pas totalement avouable) à Pierre Carrée

On oublie que les utilisateurs ne voudront pas débourser trop d’argent pour utiliser les services du Funiflaine, que ceux qui sont à pieds voudront arriver dans un endroit central, et que la desserte proposée néglige une part assez large de la population.
Comment peut-on croire en l’avenir de ce projet !

 Jeudi 7 février 2019

Compte-Rendu de la réunion de concertation n°1 le 4 février à Magland.

Beaucoup de monde, environ 300 personnes paraît-il.
Présentation du projet Funiflaine, avec beaucoup de bonnes intentions mais quand on cherche à creuser un peu, il y a peu de réponse.
Nous (les associations que je représente) avons également pu nous exprimer, avec 3 diapos et quelques minutes.

Nous avions préparé un document qui a été projeté en partie. Ce document est disponible ici, avec les éléments de la présentation orale qui en a été faite.
http://associationflainoise.fr/Docu...

Nous avons aussi un enregistrement audio qui sera mis en ligne.

Les informations :

  • suite à l’exposé des associations, réponse de Martial Saddier qui refuse tout net en raison du statut Zone Rouge (Avalancheuse) du parking P3, et de Marc Iochum qui estime que pour Les Carroz la gare des Feux n’a aucun intérêt. Voir notre réponse plus loin.
  • nombreux échanges sur le débit de l’installation, les différentes valeurs présentées étant 2000 passagers/h, 4000 passagers/h et 5000 passagers/h.
    Voici ce qu’on peut considérer comme acquis dans le projet ce jour :
  • le débit à la mise en service sera de 2000 passagers/h
  • la valeur de 4000 passagers/h représente la somme des débits à la montée et à la descente à la mise en service (ce n’est pas sérieux d’afficher le double de la valeur réelle ! ).
  • absolument aucune information sur le dimensionnement, c’est à dire des pylônes, des câbles et de la motorisation, permettant d’augmenter le débit en ajoutant des cabines.

Nous avions fait un dimensionnement d’installation sur la base du projet existant et d’un débit de 5000 passagers/h par sens, le dimensionnement du câble tracteur est énorme, il faut augmenter le nombre de pylônes, mais après échanges, c’est le cas du projet de Orelles-Val Thorens. Le diamètre du câble tracteur est de 67 mm ce qui représente environ 300 tonnes sur le projet Funiflaine (1er tronçon). Bien sûr, ce n’est pas transportable, le câble est livré en plusieurs morceaux qui sont assemblés sur site avec des épissures.

 Question sur la technologie proposée

Nous nous posons des questions sur le choix de la technologie 3S pour le Funiflaine. Elle est certainement la meilleure, mais aussi la plus chère, en construction et en entretien.
Les coûts fixes pourront difficilement être absorbés par une installation qui fonctionnera peu en milieu de journée. Il y aura 2 pics le matin à la montée et le soir à la descente. Le coût du billet risque de rendre vain l’espoir de dériver une part importante du trafic automobile, sauf pour les cars des Tour Operators et les camions de livraison (qui auront certainement des prix de gros).
Nous ne sommes donc pas convaincus par le choix. Quelles seraient les conséquences de l’utilisation d’un Funitel par exemple, la résistance au vent est de 120 km/h. Y a-t-il une limitation liée à la longueur des portées, ce ne devrait pas être le cas.
Y a-t-il une limitation de la hauteur de survol du sol pour évacuer les passagers en cas d’urgence ?
Le débit maximal est plutôt de 3000 ou 4000 passagers/h, les cabines sont plus petites avec une partie des places debout. Il faudrait regarder ce point attentivement.
Le coût nettement réduit de la technologie Funitel autoriserait des possibilités supplémentaires.

Notre réponse aux arguments de Marc Iochum et de Martial Saddier

  • Marc Iochum a choisi un autre plan pour Les Carroz, en misant tout sur la zone des Molliets. D’où son projet de télécabine Les Molliets-Pierre Carrée en complément du Funiflaine.
    Il semble avoir oublié qu’il y a une station de ski aux Carroz.
    Ainsi, le TS des Moulins (parallèle au TC de la Kédeuze) a été démonté cet été, on n’a pas compris pourquoi. A l’origine, le tracé de la luge 4 saisons nécesssitait de démonter ce télésiège, puis le tracé à été modifié et Marc Iochum a annoncé en Conseil Municipal que le démontage de ce télésiège n’était plus nécessaire. Une semaine après il était démonté.
    C’est une erreur car le TC de la Kédeuze est saturé en période de pointe.
    Il a mis en avant la nécessité de parkings. Il va augmenter la capacité des parkings des Molliets, et il aurait été possible de les installer aux Feux, mais on peut aussi se demander si des parkings importants seraient nécessaires aux Feux. L’impression est qu’il faudrait amener les clients à venir en navette, avec un prix de parking dissuasif.
    Nous ne sommes pas étonnés par cette prise de position, nous savions que la stratégie de Marc Iochum n’est pas celle là, et nous le déplorons.
  • Martial Saddier n’a pas changé de langage. La zone du parking P3 est bien en zone rouge, mais cela ne condamne pas le projet pour les raisons suivantes
    • le règlement du PPRNa interdit les constructions, avec une liste explicite de projets qui pourraient être autorisés par dérogation, sous réserve de montrer qu’il n’y a pas d’alternative
    • les remontées mécaniques sont dans la liste
    • nous considérons que le projet que nous avons présenté constitue une amélioration importante du projet Funiflaine, et probablement du report de trafic
    • le lieu d’implantation de la gare n’a pas d’historique d’avalanche, aucune avalanche connue et répertoriée n’est passée à cet endroit. La grande avalanche de 1935 (qui est descendue jusqu’à l’emplacement du parking P0 est passée un peu plus à l’ouest. On est dans un environnement de risque d’avalanche, mais le risque est réduit lorsqu’on ne replace pas dans un chemin connu.
    • depuis 1935, des protections ont été mises en places, et la gestion par le Domaine Skiable durant la saison d’hiver assure la purge des avalanches en début de journée si nécessaire, ce qui réduit la force des avalanches.
    • des dispositions constructives devraient être prises pour assurer la sauvegarde de l’installation, mais l’éventualité d’une avalanche en phase d’exploitation devient extrêmement faible.

Malheureusement, le Syndicat Funiflaine ne semble pas avoir fait une demande aux Services de l’Etat, tellement ils sont sûrs de la perfection de leur projet.

 Lundi 28 janvier 2019

Conférence de presse Funiflaine
Vendredi 25 janvier, conférence du Syndicat Funiflaine.
Nous n’avons pas été autorisés à y assister, la seule information réside dans l’article du Dauphiné le lendemain.
Nous retenons surtout les propos du Président Monteil indiquant que le projet ne pourra être éventuellement modifié qu’à la marge, et que ce n’était pas le moment d’en parler.
Autre propos : il faut choisir le tracé le plus court. Cela tombe bien, c’est le nôtre, mais ils n’en veulent pas.
Propos de Marc Iochum qui appelle à la rationalité. A priori, c’est pour ne rien changer..

Documents
Le Syndicat Funiflaine a diffusé son Dossier de Concertation, document de 26 pages qui semble renfermer un peu plus d’information que celles du site Internet, et beaucoup plus que celui présenté dans l’exposition à l’Office de Tourisme.
Ce dossier peut être obtenu ici :
http://associationflainoise.fr/Docu...

Nous vous rappelons le flyer qui est largement une réponse à ce document, ici :
http://associationflainoise.fr/Docu...

Prises de position des membres du Syndicat
Il est frappant de voir de grands avantages attribués au projet actuel, qui sont largement, soit démontés, soit frappés d’incertitudes faute d’information précise.
Ainsi, nous sommes en incertitude totale sur un certain nombre de caractéristiques du projet, par exemple la capacité en voyageurs/heure.
Le dossier de concertation donne 2 chiffres, 4000 et 5000 (il est possible que l’un soit la capacité initiale, et l’autre la capacité maximale après ajout de cabines supplémentaires.
Or il se trouve que le débit maximal déjà réalisé pour un 3S est de 2500 passager/h.
Pour faire plus, il faudrait qu’il y ait en même temps à quai dans les gares 2 cabines à l’arrivée et au départ, ce qui conduirait à une gare bien plus grande.

Le dossier de concertation donne un chiffre de passage de véhicules au col de Pierre Carrée, allant jusqu’à 7000 véhicules / jour au maximum, mais n’explique pas ce qui a conduit au choix de la capacité du télécabine, ou des parkings.

D’une façon générale, les arguments en faveur du tracé modifié sont purement et simplement ignorés ou niés (du genre il faut le tracé le plus direct !).

 Vendredi 25 janvier 2019

Il nous a été dit par le Président Monteil le 3 décembre 2018 que nous aurions notre place dans la concertation pour présenter nos idées, au minimum quelques minutes.

Cela se tenait dans la mesure ou il était possible de présenter nos contestations convenablement sur le site Internet du Funiflaine par exemple, ou dans les expositions prévues.
Rien de tout cela. !
Nous ne pouvons pas présenter nos observations dans les expositions.
L’emplacement qui était prévu sur le site Internet pour nous permettre d’expliquer le résultat de nos travaux a disparu du site internet dans sa mise à jour de jeudi matin.
La seule ressource qui nous reste, d’après le chef de projet que j’ai eu au téléphone jeudi matin, est de distribuer nos documents sous forme papier à l’entrée des réunions de concertation.
On avait bien prévu de le faire, en complément, mais les participants à ces réunions doivent avoir le temps de lire ces documents, pour se dégager du battage médiatique en cours.

Une conférence de presse est prévue vendredi matin à Annecy, pour présenter le projet Funiflaine.
La plupart des journalistes du département y ont été invités, ont été relancés, j’ai souhaité y assister, après tous notre démarche est soutenue par 3 associations qui représentent une population importante, mais le même chef de projet m’a indiqué que je ne pouvais pas y assister, c’est réservé aux journalistes invités. Les habitants de sont pas dignes d’entendre ce que le Président Monteil dira à la presse !

Lors de la présentation du 8 janvier, le Président Monteil a déclaré que le but principal de la concertation était de faire avaliser le tracé, et d’améliorer le projet gràce à un dialogue constructif.
Nous sommes d’accord avec lui, les deux éléments les plus importants sont le tracé et la capacité de transport retenue (dimensionnement). Si on se trompe, on ne pourra pas y revenir.
Eh bien, les ateliers qui sont prévus ne traitent surtout pas de ces sujets, mais des horaires et dates d’ouverture, des services et aménagements périphériques, sujets importants mais qui viennent après.
J’ai demandé au chef de projet que les deux points principaux soient abordés durant des ateliers, réponse négative.

Cette concertation ressemble donc à une volonté de faire avaliser un projet sans en discuter les éléments fondamentaux.

Par ailleurs, une analyse des informations disponibles sur le projet montre un ensemble manquant de cohérence, dont le premier sujet est le dimensionnement d’ensemble du système de transport. Il n’y a pas eu de réflexion sur ce sujet, et donc on ne sait pas ce que sera ce projet.

Exemple : la remontée est dimensionnée pour un maximum de 5000 passagers/h. En gros, cela signifie qu’elle doit pouvoir absorber en totalité le trafic de la route de Flaine un samedi de vacances avec du beau temps.On a cité un passage de 13800 voitures en une journée dans ces conditions.

Les autres projets d’Ascenseurs Valléens en France ont des capacités de l’ordre de 2000 passagers/h.
On aimerait voir l’étude de marché qui conduit à ce choix, ou les autres explications possibles telles que la fermeture totale de la route.
La conséquence est un parking de 5000 à 6000 places à Magland, 10 fois ce qui est prévu actuellement.
Une autre conséquence est le prix de l’installation. Notre attention a été attirée sur le nombre de pylônes considérable : 13.
Par comparaison, le tracé de 8 km en 2015 avait 7 ou 8 pylônes.
On passe maintenant à 13 pylônes pour un tracé de 5,5 km.
Cela s’explique par l’augmentation du nombre de cabines, d’autant plus important que la vitesse a été réduite de 8 m/s à 6 m/s.
Cela aurait peut-être justifié de prendre des câbles plus gros pour supporter les cabines, mais visiblement cela n’est pas prévu.
Dans le projet actuel, cela signifie un pylône (géant) tous les 400m en moyenne, avec un impact visuel majeur.

Le dimensionnement habituel des remontées mécaniques répond en général à une règle pour assurer le confort des passagers : charge moyenne de 30% sur une journée, pour prendre en compte les effets de pointe et minimiser les files d’attente. En appliquant cette règle, on voit un objectif de transport de environ 15000 passagers / jour dans chaque sens, que je trouve toujours aussi irréaliste.

Le dossier du Syndicat présente la technologie 3S comme permettant de limiter le nombre des pylônes, il aurait fallu préciser « si elle est bien utilisée ».
Il met aussi en avant la suppression de quelques pylônes de la ligne électrique existante (on voit depuis la station les 2 pylônes de l’Arbaron) !
Nous pensons (un peu à contre coeur) qu’il faut accepter d’avoir quelques pylônes géants, il ne faut pas refuser le progrès, mais à condition d’en minimiser le nombre.
Notez qu’un pylône coûte environ 1 M€, et que ce n’est pas anecdotique sur le budget..

Tout cela relève d’un travail sur un coin de table, le Syndicat n’est pas en mesure de faire le même travail que nous avons fait et diffusé, alors que nous avions des difficultés à obtenir les informations des fournisseurs et des outils peu performants. En plus, la diffusion de notre projet a permis de bénéficier d’observations constructives, une véritable concertation avant l’heure !.

Pour nous, ce n’est pas fait avec le sérieux qu’on peut attendre d’un projet portant sur des dizaines de millions d’Euros, qui engage Flaine pour une ou deux générations, et le Syndicat ne fournit pas aux habitants les informations leur permettant de se faire un avis de façon avisée. Les informations fournies sont même tronquées pour certaines.

LA SUITE
Voici le document que nous allons diffuser largement durant la phase de concertation.
http://associationflainoise.fr/Docu...

Nous allons faire des présentations du projet actuel et de nos propositions à ceux qui le souhaitent. Nous pouvons faire cela pour 10 à 12 personnes à la fois.
Ecrivez-nous si vous souhaitez y participer (avec vos disponibilités) à funiflaine@associationflainoise.fr. Nous organiserons ces présentations.

Et surtout, exprimez-vous dans le cadre de la concertation.
Nous pensons qu’il faut soutenir un projet répondant aux objectifs officiels annoncés, cela suppose à la fois des changements (douloureux pour certains de se priver des 20 M€ des terrains de pierre Carrée !), et des explications pour être sûrs qu’on a bien compris le projet qu’on approuverait.
Avec la possibilité d’aborder les sujets les plus importants dans des ateliers.

Le chemin est encore long avant d’y arriver, les membres du Syndicat Funiflaine font tout pour montrer qu’il ne faut pas y compter, cela conduit droit à l’arrêt du projet, pour des raisons légales explicitées dans le flyer cité plus haut..


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2095 / 1609619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License